NiNi Technique

Le NiNi  est multiple : du Merlot, ni jeune, ni vieux, d’une moyenne de 25 ans sans compter les derniers nés (- de 2 ans ) et leurs cousins, les Cabernet Franc, complantés en 2020.
Le NiNi n’est ni immense ni petiote, juste de quoi produire 4 à 6000 bouteilles selon les années ;-).

Le NiNi vit à flanc de colline sur une terre fraîche et bien argileuse, amoureuse, comme diraient certains par temps humide. Et … sous un climat bien bordelais … Très souvent très amoureuse !

Le NiNi n’a vu ni désherbant, ni pesticide (conversion AB 2019). Le NiNi a vu pioche, déca* et sueur !
Le NiNi  aime se cacher dans les fleurs des engrais verts que nous semons chaque année.

Le NiNi a besoin d’attention; ébourgeonnage, épamprage, épillonage, particulièrement les week-ends …

Le NiNi  aime le naturel, le NiNi adore le fumier des moutons du voisin.
Le NiNi aime les sangliers … enfin, les sangliers aiment beaucoup le NiNi, en tous cas ils adorent venir jouer avec NiNi (nous moins !)

Le NiNi n’aime pas les batteurs de la machine à vendanger, le NiNi aime les amis et l’ambiance festive du grand jour de ses vendanges.

Le NiNi est éraflé puis mis en cuve. Le NiNi n’aime pas avoir chaud, n’aime pas avoir froid, n’aime pas cuver trop  longtemps ni être pressé comme un citron (ni rebechage, ni fortes pressions).

Le NiNi n’aime pas le SO2, alors on limite au strict nécessaire pour qu’il soit présentable.
Le NiNi n’aime pas le bois.

Le NiNi se sert ni froid ni chaud mais aux alentours de 15°C dans une carafe

Le NiNi se boit nature, sans maquillage ni chichi.

*décavailloneuse